Université de Bordeaux
LabEx LaScArBxCluster of Excellence
Cluster of excellence

Trajectories of cultural innovation from the Middle to Later Stone Age in Eastern Africa: Personal ornaments, bone artifacts, and ocher from Panga ya Saidi, Kenya

Trajectories of cultural innovation from the Middle to Later Stone Age in Eastern Africa: Personal ornaments, bone artifacts, and ocher from Panga ya Saidi, Kenya

Des chercheurs du LabEx Sciences archéologiques de Bordeaux (LaScArBx) découvrent comment des cultures modernes se sont développées en Afrique de Est.

On sait que les populations africaines du Middle Stone Age (MSA) utilisaient des pigments, fabriquaient et portaient des objets de parure, produisaient des gravures abstraites et des outils en os entièrement façonnés.

Cependant, les recherches en cours en Afrique révèlent une forte variabilité dans l'émergence des innovations culturelles au sein du Middle Stone Age et dans leur développement ultérieur au cours du Later Stone Age (LSA).

Lorsqu'elles sont présentes, les  innovations culturelles ont une variabilité régionale et chronologique, suggérant des traditions culturelles distinctes et des phénomènes de peuplements et évolutions régionales encore mal compris.

En Afrique orientale, la séquence de Panga ya Saidi, couvrant une période de 78 000 ans, est le seul site de cette région bien daté à documenter cette évolution.

Les fouilles ont permis de découvrir des os travaillés et incisés, des perles en œuf d'autruche, des perles faites à partir de coquillages, des morceaux d'ocres travaillés et gravés, des fragments de corail et un fossile de bélemnite.

Des chercheurs de PACEA, financés par le projet LabEx LaScArBx "CUMILA", viennent de publier dans Journal of Human Evolution, en collaboration avec des collègues du Max Planck de Jena,  une analyse détaillée de ce matériel.

Ils démontrent que les principales innovations culturelles sur la côte est de l'Afrique sont évidentes à partir de 67000 ans et présentent une diversité remarquable dans les périodes suivantes. L'analyse des perles en oeuf d’autruche semble pointer des groupes de perles produites par des artisans différents, avec différents savoir faire et une réduction graduelle au cours du temps.  

Les résultats de cette étude, pionnière pour la région, conduisent les chercheurs à émettre l'hypothèse selon laquelle les trajectoires culturelles évidentes à Panga ya Saidi ont été façonnées à la fois par des traditions régionales et des phénomènes de diffusion culturels et démographiques.

Référence de l'article : F. d’Errico et al. - Journal of Human Evolution 141 (2020) 102737 : Trajectories of cultural innovation from the Middle to Later Stone Age in Eastern Africa: Personal ornaments, bone artifacts, and ocher from Panga ya Saidi, Kenya,

DOI : https://doi.org/10.1016/j.jhevol.2019.102737


Outils en os, perles, fragments d'ocres travaillés et gravés découverts à Panga Ya Saidi (Kenya)

Figure dans les rubriques
Publications


HAUT