Université de Bordeaux
LabEx LaScArBxCluster of Excellence
Cluster of excellence

Reconstructing the genetic history of late Neanderthals, Nature, mars 2018

Reconstructing the genetic history of late Neanderthals, Nature, mars 2018

Un article auquel a participé Isabelle Crevecoeur (PACEA, LaScArBx) est paru le 21 mars 2018 dans Nature. Il décrit les génomes de cinq Néandertaliens eurasiatiques datés entre 39 000 et 47 000 ans. 

 

On sait peu de choses sur la diversité génétique des derniers Néandertaliens, ou sur les relations d’interactions entre ces populations néandertaliennes tardives et les premiers hommes modernes issus d’Afrique, avant disparition éventuelle de ces Néandertaliens.

Mateja Hajdinjak (Institut Max Planck d'anthropologie évolutionniste, Leipzig, Allemagne) et ses collègues internationaux ont séquencé les génomes de cinq Néandertaliens tardifs à partir de fragments d'ossements et de dents récupérés en Belgique, en France, en Croatie et dans le Caucase russe. En les comparant aux génomes des autres Néandertaliens, les auteurs estiment que tous les Néandertaliens tardifs se sont séparés d'un ancêtre commun de Sibérie, il y a environ 150 000 ans, et que leur lien de parenté est corrélé en fonction du gradient géographique. L'analyse suggère que la majeure partie du flux de gènes néandertaliens chez l’homme moderne provient d'une ou de plusieurs populations qui auraient divergé des Néandertaliens tardifs étudiés ici il y a au moins 70 000 ans.

En comparant les cinq génomes à ceux d'un Néandertalien plus ancien du Caucase, les auteurs suggèrent également qu’un renouvellement de la population néandertalienne s’est produit vers la fin de leur histoire, soit dans le Caucase, soit dans toute l'Europe. Le moment coïncide avec des fluctuations climatiques prononcées entre 60 000 et 24 000 ans, lorsque des périodes de froid extrême en Europe du Nord ont pu provoquer l'extinction des populations locales et la recolonisation subséquente du sud de l'Europe ou de l'Asie occidentale.

CONTACT : Isabelle Crevecoeur (CNRS, Université de Bordeaux, UMR 5199 PACEA, Bordeaux, France) 

Lire l'article : https://www.nature.com/articles/nature26151

DOI : 10.1038/nature26151

Figure dans les rubriques
Publications
2018


HAUT