Université de Bordeaux
LabEx LaScArBxCluster of Excellence
Cluster of excellence

L'imagerie 3D, quelle valeur ajoutée en paléopathologie ?

Reconstructions 3D d'une colonne vertébrale atteinte par la tuberculoseReconstructions 3D d'une colonne vertébrale atteinte par la tuberculose

L'imagerie 3D est aujourd'hui largement utilisée pour l'étude des os anciens qu’ils soient humains ou animaux. Si cette méthode a été adoptée de manière consensuelle par les paléoanthropologues, son intérêt pour la paléopathologie a été récemment remis en question. L'objectif de l’article publié par Hélène Coqueugniot et ses collaborateurs (laboratoire PACEA) dans International Journal of  Osteoarchaeology est de démontrer l’intérêt des reconstructions 3D pour proposer un diagnostic en paléopathologie.

Les auteurs ont ainsi sélectionné six cas paléopathologiques de leur corpus de recherche incluant des traumatismes, des infections et des tumeurs osseuses de diverses périodes allant du Paléolithique moyen au début de l'ère moderne. Pour chaque cas, ils ont comparé la valeur diagnostique des coupes radiologiques, des coupes issues de scanner médical (CT-scan) et des reconstructions 3D. Ces dernières ont été réalisées à l'aide du programme TIVMI, un logiciel gratuit à usage de recherche développé par B. Dutailly au sein du laboratoire PACEA.

La 3D permet ainsi de reconstruire la surface des structures anatomiques à peine visibles sur les radiographies ou les coupes CT mettant ainsi mieux en évidence certains changements pathologiques. L'imagerie 3D offre également possibilité de quantifier les volumes pathologiques, ce qui est utile par exemple pour déterminer le stade d'évolution d'une tumeur. Enfin, il est possible de reconstruire l'état de l’os avant la survenue de la pathologie permettant ainsi de suivre virtuellement les processus pathologiques passés.

En résumé, l'imagerie 3D, lorsqu'elle utilise des méthodes de reconstruction adéquates, apporte une réelle valeur ajoutée aux rayons X 2D conventionnels et souligne l'intérêt d'une approche multimodale, combinant l'imagerie 2D et 3D pour le diagnostic en paléopathologie.

Référence de l’article : H. Coqueugniot, B. Dutailly, O. Dutour, 2020, The third dimension in palaeopathology: How can three‐dimensional imaging by computed tomography bring an added value to retrospective diagnosis? International Journal of  Osteoarchaeology 1– 13 - DOI: http://dx.doi.org/10.1002/oa.2881

Figure dans les rubriques
Publications
2020


HAUT