Université de Bordeaux
LabEx LaScArBxCluster of Excellence
Cluster of excellence

L’art des cavernes était présent chez les néandertaliens, bien avant l’arrivée des hommes modernes

Coulée stalagmitique dans la Sala de las Estrellas de la Cueva de Ardales (Malaga, Andalucie) avec les traces de pigment rougeCoulée stalagmitique dans la Sala de las Estrellas de la Cueva de Ardales (Malaga, Andalucie) avec les traces de pigment rouge

Les plus anciennes peintures sont-elles celles découvertes ces dernières années en Indonésie, datées autour de -39/44000 ans ou celles datées de -64000 ans dans trois grottes espagnoles ? Des chercheurs dont des membres du LaScArBx publient les résultats de leurs recherches cette semaine dans Proceedings of the National Academy of Science of the US.

L'origine de l’art des cavernes est l’objet d’un vif débat. Les plus anciennes peintures sont-elles celles découvertes ces dernières années en Indonésie, datées autour de - 39-44 000 ans ou celles datées de - 64 000 ans dans trois grottes espagnoles ? Ces dernières datations ne font pas l’unanimité. Une équipe internationale à laquelle appartiennent des chercheurs du CNRS vient de montrer que contrairement à ce qui avait été avancé, les peintures sur les stalagmites d’un des trois sites espagnols, la grotte de Ardales (Malaga, Andalousie), sont bien d’origine humaine.

Au cours des derniers  millénaires,  les néandertaliens seraient rentrés à plusieurs reprises dans une zone profonde de la cavité en amenant avec eux de l’ocre collectée à l’extérieur pour marquer symboliquement une imposante coulée stalagmitique. Les résultats de ces recherches viennent d’être publiés dans Proceedings of the National Academy of Science of the US.

En savoir plus : http://www.cnrs.fr/fr/les-neandertaliens-ont-bien-peint-la-grotte-andalouse-dardales

Référence de l'article : 

The symbolic role of the underground world among Middle Palaeolithic Neanderthals. Africa Pitarch Martí, João Zilhão, Francesco d’Errico, Pedro Cantalejo-Duarte, Salvador Domínguez-Bella, Josep M. Fullola, Gerd C. Weniger et José Ramos-Muñoz. PNAS, le 2 août 2021. https://www.pnas.org/cgi/doi/10.1073/pnas.2021495118







Figure dans les rubriquesPublications


HAUT