Université de Bordeaux
LabEx LaScArBxCluster of Excellence
Cluster of excellence

CHRONOLOESS

CHRONOLOESS - Chronologie des loess de la vallée du Rhône : comparaison avec d’autres séquences européennes

projet porté par : Pascal BERTRAND, PACEA 

financement : 27410 €

partenaires : IRAMAT-CRP2A, ASM, LGP

mots clés : analyse de données, datation, loess, modèles âge-profondeur, paléoclimatologie, Pléniglaciaire, vallée du Rhône

contrat de recherche (4 mois) : 


Résumé

La dernière période glaciaire est caractérisée par l’extension des déserts et un accroissement considérable des flux de poussières dans l’atmosphère. Les particules transportées par le vent ont donné naissance à des accumulations de loess qui constituent des archives sédimentaires de premier ordre pour évaluer l’impact des fluctuations climatiques et environnementales pléistocènes sur le continent. Leur étude est donc primordiale pour la compréhension de l’émergence et de la disparition des chrono-cultures du Paléolithique supérieur et des facteurs à l’origine des fluctuations du peuplement. Les avancées récentes en matière de datation radiocarbone (14C) par spectrométrie de masse par accélérateur (AMS) de biominéralisations carbonatées offrent l’opportunité d’établir des chronostratigraphies très précises et ainsi, de mieux caractériser les variations temporelles du taux de sédimentation des poussières. Les dépôts loessiques de la vallée du Rhône, très peu documentés et qui ont fait l’objet de travaux récents dans le cadre du LaScArBx, se prêtent parfaitement à ce type d’analyse. Nous proposons donc d’analyser trois séquences déjà identifiées avec pour objectif (1) de les dater (14C-AMS sur coquilles de mollusques et sur granules calcitiques de vers de terre) pour élaborer un cadre chronostratigraphique régional robuste et estimer les taux d’accumulation massique via l’utilisation de différents modèles âge-profondeur récemment développés et (2) de les corréler avec d’autres séquences loessiques et enregistrements paléoclimatiques européens (carottes glaciaires, marines et lacustres) dans le but d’évaluer si les principales phases de dépôts loessiques sont synchrones à l’échelle du continent européen. Ce travail permettra de mieux contraindre les facteurs contrôlant la mise en place des loess et d’affiner le cadre paléoenvironnemental des occupations paléolithiques au cours des périodes les plus froides du Pléistocène supérieur.

Figure dans les rubriques
AAP8 RECHERCHE - PROJETS RETENUS


HAUT