Université de Bordeaux
LabEx LaScArBxCluster of Excellence
Cluster of excellence

Direction générale des affaires culturelles - Service Régional de l'ArchéologieDirection générale des affaires culturelles - Service Régional de l'Archéologie
Université Bordeaux MontaigneUniversité Bordeaux Montaigne
CNRSCNRS
Université de BordeauxUniversité de Bordeaux
Nouvelles découvertes sur les plus anciens objets de parure chinoisNouvelles découvertes sur les plus anciens objets de parure chinois

On sait que les populations paléolithiques chinoises utilisaient des dents d’animaux, des coquillages d’eau douce et des perles en œuf d’autruche comme objets de parure. Mis à part des cas exceptionnels (1), ces objets n’avaient pas fait l’objet d’analyses poussées permettant de reconstituer leur technique de façonnage et d’en tirer des informations sur les sociétés qui les utilisaient. Des chercheurs du LaScArBx (UMR PACEA-CNRS-Université de Bordeaux) viennent de publier, en collaboration avec des collègues chinois de l’Institut de Paléontologie des Vertébrés et de Paléoanthropologie (IVPP) de l’Académie des Sciences de Beijing, deux articles à ce sujet dans Journal of Archaeological Science and Journal of Anthropological Archaeology. 

[ Lire la suite ]
Partager sur   
Comment les hommes modernes d’Afrique australe ont fait face, il y a 65 000 ans, à l’aridification de leur environnementComment les hommes modernes d’Afrique australe ont fait face, il y a 65 000 ans, à l’aridification de leur environnement

Les données de la paléoanthropologie et de la génétique s’accordent sur le fait d’une origine africaine de notre espèce il y a au moins 260 000 ans. Nous connaissons cependant encore relativement peu les mécanismes qui ont permis à cette nouvelle espèce de développer des comportements modernes ainsi que l’influence de changements climatiques sur ce processus. Artefacts caractéristiques des cultures Still Bay (a-e) et Howiesons Poort (f-g) Une équipe internationale réunissant des préhistoriens, des paléoclimatologues et des modélisateurs du climat du CNRS1 et de l’EPHE PSL Research University2, ainsi que des chercheurs Norvégiens, Américains et Sud-Africains vient de montrer que les hommes modernes vivant en Afrique australe entre 66 000 et 59 000 ans avant le présent ont développé des innovations qui leur ont permis d’accéder, dans une période de forte aridification, à des territoires jusque-là non exploités. Publiée dans un article dans les Proceedings of the National Academy of Sciences, cette étude identifie le premier cas d’un changement culturel permettant aux hommes modernes du Middle Stone Age africain de faire face à des changements environnementaux grâce à leurs innovations culturelles. Selon les chercheurs, cette flexibilité culturelle pourrait être la clef du succès de plusieurs membres du genre Homo. 1 Unité « De la Préhistoire à l'Actuel : Culture, Environnement et Anthropologie » (CNRS / Université Bordeaux 1 / Ministère de la Culture et de la Communication). Unité « Environnements et Paléoenvironnements Océaniques et Continentaux” Université de Bordeaux, 33615 Pessac Cedex, France; 2 École Pratique des Hautes Études, EPHE PSL Research University

[ Lire la suite ]
Partager sur   


HAUT