LabEx Sciences archéologiques de Bordeaux 

Accès direct

Nouvelles datations par luminescence sur le site de La Ferrassie

Nouvelles datations par luminescence sur le site de La Ferrassie

Article publié par une équipe du LabEx paru le 26 février 2015 dans Journal of Archaeological Science...


Le gisement paléolithique de La Ferrassie (Savignac-de-Miremont, Dordogne) est un site préhistorique majeur de France et d’Eurasie occidentale pour l’étude de l’histoire de l’Humanité et des premières manifestations de pensée symbolique. Si on se limite à sa séquence du Paléolithique moyen, c’est un site éponyme car il y fut découvert un assemblage lithique qui a permis à Fr. Bordes de définir le techno-complexe Moustérien de type Ferrassie. De plus, le site a livré les restes d’au moins sept individus Néandertaliens (deux adultes, 3 enfants, un nouveau-né et un fœtus) qui avaient été intentionnellement inhumés. La Ferrassie est ainsi le deuxième site au monde  (après celui de Shanidar, kurdistan irakien) quant à la quantité de squelettes néandertaliens mis au jour.


Le gisement ayant été fouillé au début du XXème siècle par L. Capitan et D. Peyrony, puis dans les années 1970 par H. Delporte, de nouvelles recherches ont été conduites, depuis 2011, par une équipe internationale dirigée par Alain Turq (Musée National de Préhistoire / UMR PACEA) en collaboration avec H. Dibble (université de Pennsylvanie), S. McPherron (Institut Max Planck) et D. Sandgathe (Université Simon Frazier, Vancouver). L’un des objectifs était de proposer une chronologie numérique pour la séquence des niveaux archéologiques et d’y replacer les squelettes néandertaliens. Les premiers résultats, qui apportent aujourd’hui des informations chronologiques inédites pour ces restes humains, font l’objet d’une publication dans le Journal of Archaeological Science.


Etant donné l’importance du site, une étude comparée impliquant des datations par radiocarbone et par luminescence a été menée. Une méthodologie innovante, tirant partie de l’étude de plusieurs signaux de luminescence (OSL, IRSL) a été mise en œuvre afin d’affiner l’analyse des données. La convergence des résultats obtenus à partir de méthodes indépendantes permet de considérer les datations obtenues avec un grand degré de confiance.


Guérin G. et al., A multi-method luminescence dating of the Paleolithic sequence of La Ferrassie based on new excavations adjacent to th La Ferrassie 1 and 2 skeletons, Journal of Archaeological Science (2015), http://dx.doi.org/10.1016/j.jas.2015.01.019


Dernière mise à jour mardi 25 octobre 2016


HAUT