LabEx Sciences archéologiques de Bordeaux 

Accès direct

L'héritage rupestre de l'Altaï, une exposition à voir à Rouffignac

L'héritage rupestre de l'Altaï, une exposition à voir à Rouffignac

Cette exposition sur l'Altaï russe a été conçue par l'Institut d'Archéologie de l'Académie des Sciences de Russie, à Moscou et résulte de la dynamique initiée par le LIA Artemir ; elle se tient jusqu'au 1er novembre 2017 dans l'entrée de la grotte paléolithique ornée de Rouffignac. 

L'héritage rupestre de l'Altaï

Situé au centre du continent asiatique, le massif montagneux de l'Altaï recèle un patrimoine archéologique mondialement reconnu. Les occupations humaines les plus anciennes remontent à 800 000 ans environ et documentent la présence d’Homo erectus. Néanmoins, la découverte récente de restes humains dans la grotte de Denisova donne un nouvel intérêt à la Préhistoire dans la région de l’Atlas. 

Les analyses ADN conduites sur des restes humains vieux de 50 000 ans environ permettent d’identifier un nouveau groupe humain, distinct des Hommes modernes et des Hommes de Néandertal. Des études archéologiques en cours renouvellent la perception des occupations Pléistocènes (avant 10 000 ans av. J.-C.) exceptionnelles mais portent aussi sur les nombreux sites plus récents (Néolithique, Age Bronze, Age du Fer, Moyen-Age). Au cours de l’Age du Bronze (deuxième moitié des III° - II° millénaires av. J.-C) puis de l’Age du Fer (I° millénaire av. J.-C.), de nouvelles populations se sont installées dans l’Altaï, intégrant des caractères culturels locaux et s’adaptant aux conditions environnementales. Ce socle culturel a perduré jusqu’à maintenant. Des sépultures dites sépultures scythes, conservées dans le permafrost et vieilles de 2 500 ans (Culture de Pazryck) en témoignent puisque des analyses génétiques permettent de relier étroitement la culture de Pazryck aux populations Samodi modernes (Selkups) de la Sibérie Occidentale ainsi qu’aux Kazakhs et aux Uigurs.

Les paysages de l’Altaï offrent de nombreuses preuves de l’interaction entre les Hommes et les éléments naturels. Des affleurements rocheux décorés de pétroglyphes, des stèles et des structures construites, dispersées à travers le paysage, nous indiquent aujourd’hui les emplacements importants dans l'environnement naturel et le caractère artificiellement transformé des vallées, des crêtes, des cavernes et des gués habités par des cultures disparues. Cet immense héritage est inscrit à la Liste du Patrimoine Mondial de l’UNESCO depuis 1998. Dans les trois ou quatre derniers millénaires, les pétroglyphes et plus généralement, l’art rupestre sont devenus un élément actif du paysage naturel.

En savoir plus


A voir également en ce moment au Musée National de Préhistoire (Les Eyzies-de-Tayac) : "Le troisième homme, préhistoire de l'Altaï



Dernière mise à jour jeudi 29 juin 2017


HAUT