Français English
LabEx Sciences archéologiques de Bordeaux 

Des chercheurs du LaScArBx révèlent le mystère de l'enfant de Border Cave (Afrique du Sud) et de sa parure

Des chercheurs du LaScArBx révèlent le mystère de l'enfant de Border Cave (Afrique du Sud) et de sa parure

Les restes d'un nouveau-né découverts à Border Cave (Afrique du Sud), au cours de la dernière guerre mondiale, ont constitué pendant longtemps un casse-tête pour les chercheurs. Ils étaient considérés par certains comme le plus ancien exemple connu d'une sépulture associée à un objet de parure, mais cette interprétation ne faisait pas l'unanimité à cause de l'ancienneté des fouilles et du manque d'informations sur le contexte de la découverte.

Une recherche qui vient d'être publiée dans le Journal of Human Evolution lève un coin de voile sur ce mystère. Francesco d'Errico (UMR 5199 PACEA, CNRS-Université de Bordeaux-Ministère de la Culture et de la Communication) et sa collègue Lucinda Backwell, chercheur à l'Université de Witwatersrand (Johannesburg) et professeur invité à Bordeaux en octobre dernier, ont découvert dans les archives nationales d'Afrique du Sud des documents et des photos inédits démontrant que la fosse d'où sont issus les restes du nouveau-né a bien été reconnue lors de la fouille du site en 1941 et que ces restes ont été trouvés dans une couche datée par la suite à 74000 ans.

Une étude poussée du coquillage découvert dans la fosse et d'un autre coquillage provenant probablement de la même couche archéologique a permis à ces chercheurs d'attribuer les coquillages, appartenant au genre Conus, à une espèce différente de celle à laquelle ils étaient traditionnellement rapportés ; de montrer que les perforations qu'ils présentent ont bien été produites par l'homme ; que ces objets portent les traces d'une utilisation comme ornements et qu'ils étaient originellement recouverts d'ocre (à la différence des restes du nouveau-né), ce qui plaide en faveur d'une utilisation symbolique de cette matière pour changer l'apparence des objets de parure il y a déjà 74 000 ans.

Les auteurs dirigent actuellement une nouvelle fouille à Border Cave qui pourrait apporter des renseignements nouveaux sur les plus anciennes pratiques funéraires en Afrique.

Conus shell probably originating from Border Cave layer 1 RGBS, referred to here as Conus 2

Référence de l'article


Partager sur   

Accès direct

HAUT