Université de Bordeaux
LabEx LaScArBxCluster of Excellence
Cluster of excellence

Sacha Kacki (PACEA), thèse soutenue le 10 mai 2016

Sacha KACKI (UMR 5199 – PACEA) a obtenu un doctorat en anthropologie biologique à l’Université de Bordeaux en mai 2016.

Sa thèse, financée par le LaScArBx de 2013 à 2015, a été réalisée dans le cadre du projet LabEx (AAP2)  « Épidémies et sociétés : palethnologie funéraire et paléoépidémiologie », porté par Dominique CASTEX, UMR 5199 – PACEA, Directrice de  Recherche au CNRS.

Le projet « Épidémies et sociétés » vient de s’achever et, avec lui, la thèse de Sacha KACKI intitulée « Influence de l’état sanitaire des populations anciennes sur la mortalité en temps de peste : contribution à la paléo-épidémiologie », effectuée sous la direction de Dominique CASTEX.

Après l’obtention en 2002 d’une licence en biologie des organismes à l’Université de Bordeaux, Sacha KACKI suit dans cette même université un Master en Anthropologie Biologique et Préhistoire (2002-2004), dans le cadre duquel il réalise un mémoire de recherche sur la pathologie articulaire du membre supérieur. Durant les années suivantes, il met en suspens son cursus universitaire pour se consacrer à une carrière dans le domaine de l’archéologie préventive. Après avoir enchainé plusieurs contrats à durée déterminée entre 2006 et 2008, qui l’ont conduit à intervenir sur des ensembles funéraires médiévaux et modernes dans différentes régions de France (Sud-Ouest et région Centre plus particulièrement), il obtient en 2009 un poste permanent à l’Inrap, avec pour affectation le Centre archéologique de Lille. Mais en 2012, il saisit l’opportunité de réaliser une thèse dans le cadre du projet « Épidémies et sociétés » porté par Dominique CASTEX et financé par le LabEx LaScArBx. Sa recherche doctorale, fondée sur l’étude de plusieurs cimetières européens en lien avec des épidémies de peste, livre des résultats inédits sur l’épidémiologie de la maladie à la fin du Moyen Âge. Aujourd’hui, Sacha KACKI poursuit ses travaux sur les épidémies anciennes et leurs témoins archéologiques, dont il ambitionne d’affiner l’étude dans le cadre de contrats post-doctoraux et, plus généralement, dans la suite de sa carrière académique.

Mots clés, spécialités : anthropologie biologique, paléopathologie, paléodémographie, archéologie funéraire.

Figure dans les rubriques
Doctorants LabEx


HAUT