Français English
LabEx Sciences archéologiques de Bordeaux 

Antoine Souron, paléontologue, nouveau chercheur recruté à PACEA sur une chaire junior LabEx

Antoine Souron, paléontologue, nouveau chercheur recruté à PACEA sur une chaire junior LabEx

Antoine Souron, paléontologue spécialiste des suidés (famille des cochons), a rejoint l’équipe de PACEA en octobre 2015, recruté sur une chaire jeune chercheur du LabEx Sciences Archéologiques de Bordeaux. 


Sujet de recherche
: Paleoenvironments and geographic distributions of hominids in eastern Africa during the early Pleistocene : evidence from the paleoecology of suids (pigs)


Recrutement
: octobre 2015 (30 mois)


Antoine Souron est originaire de Cholet (Maine-et-Loire) et passionné de sciences naturelles depuis l’enfance. Après une Licence en Sciences de la Terre et de l’Univers à l’Université de Nantes obtenue en 2004, il participe à un programme d’échanges en Corée du Sud durant 1 an puis intègre un Master en Paléontologie à l’Université de Poitiers en 2006. Il part ensuite 2 ans en Éthiopie dans le cadre d’un Volontariat International auprès du Muséum National d’Éthiopie. C’est dans ce cadre qu’il rencontre Jean-Renaud Boisserie (iPHEP[1]), directeur d’un projet de terrain dans la basse vallée de l’Omo (Omo Group Research Expedition).

De retour en France, sa deuxième année de Master le conduit à s’intéresser aux changements environnementaux et leur influence sur l’évolution des espèces en travaillant sur un matériel fossile provenant d’Éthiopie (canines d’hippopotames de la formation de Shungura, datées d’entre -3,6 et -1 millions d’année) en le comparant avec des dents d’hippopotames actuels. Le stage de Master est réalisé entre Paris (aux côtés de Marie Balasse, archéozoologue au MNHN[2] Paris) et Poitiers (Jean-Renaud Boisserie,  paléontologue, iPHEP[1]). Le travail de recherche porte sur la reconstitution des variations environnementales saisonnières, et notamment la saisonnalité des précipitations, pendant le Pliocène via des analyses isotopiques intra-dentaires à haute résolution de canines d’hippopotames de la formation de Shungura.

Le travail d’Antoine Souron sur les facteurs environnementaux influençant l’évolution se poursuit à l’Université de Poitiers à travers sa thèse (soutenue en 2012) consacrée à l’évolution du genre de suidé fossile Kolpochoerus en Afrique orientale. La thèse est réalisée dans le cadre de deux projets majeurs de la paléontologie travaillant en Éthiopie dans les zones de la basse vallée de l’Omo et de la vallée du « Middle Awash ». Ce dernier projet est co-dirigé par des chercheurs éthiopiens et un chercheur américain, Tim White, de l’Université de Californie, Berkeley. Antoine Souron rejoint par la suite l’équipe de recherche de Berkeley (Human Evolution Research Center) pour un contrat post-doctoral de 2 ans (2013-2015 ; première année financée par une bourse post-doctorale Fyssen) afin d’explorer le contexte temporel, biogéographique, et environnemental de l’évolution humaine avec en fil conducteur la comparaison des suidés plio-pléistocènes d’Afrique orientale et d’Afrique australe.




[1] Institut de Paléoprimatologie, Paléontologie humaine : évolution et Paléoenvironnements (UMR CNRS 7262-Université de Poitiers)

[2] Muséum National d’Histoire Naturelle

Figure dans les rubriques
Chaires LabEx

Accès direct

HAUT