LabEx Sciences archéologiques de Bordeaux 

Accès direct

Caractérisation physico-chimique de pigments de peintures murales mochica : San José de Moro (viiie-xe siècles apr. J.-C.)

Caractérisation physico-chimique de pigments de peintures murales mochica : San José de Moro (viiie-xe siècles apr. J.-C.)

Nicola Sardos, Nino Del-Solar-Velarde, Rémy Chapoulie et Luis Jaime Castillo Butters, « Caractérisation physico-chimique de pigments de peintures murales mochica : San José de Moro (viiie-xe siècles apr. J.-C.) », Journal de la société des américanistes, 103-1 | 2017, 217-235.

Pour la culture précolombienne mochica qui se développa au Pérou sans écriture, la peinture murale est un vecteur idéologique fort qui implique aussi bien les exécutants de ces décors, des artisans spécialisés, que leurs commanditaires appartenant à l’élite dirigeante. L’archéométrie permet de répondre à des problématiques liées aux technologies picturales employées et peut apporter des informations sur les artisans qui ont réalisé ces décors. Dans cette étude, un corpus de 12 échantillons de peinture murale a été analysé. Ils sont issus du centre cérémoniel et d’échanges culturels et technologiques, San José de Moro (site mochica de la vallée de Jequetepeque), daté du viiie au xe siècle apr. J.-C. où des vestiges de peintures murales ont été mis au jour dans les niches décorant une sépulture d’élite et sur les murs intérieurs d’une huaca (la Huaca La Capilla), un édifice pyramidal associé au culte. Des analyses par MEB-EDS, diffraction de rayons X et microspectroscopie Raman ont été réalisées sur les échantillons, venant compléter les analyses par fluorescence de rayons X portable réalisées in situ. Les résultats obtenus ont permis de retracer une partie de la chaîne opératoire et d’apporter des informations sur les anciens artisans précolombiens et leur place dans la société mochica.

Consulter l'article 

 


Dernière mise à jour vendredi 23 juin 2017


HAUT