LabEx Sciences archéologiques de Bordeaux 

Accès direct

COVADIM - Construction, Validation and Dissemination of Models for Bayesian Analysis of OSL data

Porteur de projet : Guillaume Guérin, IRAMAT-CRP2A

Partenaires :

- IRAMAT- CRP2A : Pierre Guibert, Christelle Lahaye, Chantal Tribolo, Sebastian Kreutzer, Petra Urbanova

- Laboratoire Jean Leray, Université de Nantes : Anne Philippe

- NCLD - DTU Nutech, Université Technique du Danemark : Kristina J. Thomsen, Mayank Jain

- NCLD - Université d’Aarhus, Danemark : Andrew S. Murray, Jan-Pieter Buylaert

Financement : 58 045 €

Durée :  1,5 ans

Recrutements prévus :  contrat post-doctoral : Claire Christophe, 12 mois, du 1er septembre 2016 au 31 août 2017.


De nombreux projets de recherche portés par les équipes du Labex (projets ANR, CRA, Labex) incluent l’étude chronologique de vestiges archéologiques par les méthodes de datation par luminescence : datation des mortiers d’édifices médiévaux et datation de sites du Paléolithique moyen notamment. La mise au point de systèmes de mesure d’OSL mono-grain a permis, depuis une quinzaine d’années, d’améliorer la finesse des mesures. Cependant, actuellement les datations par luminescence souffrent de deux limites principales : d’une part, les modèles disponibles pour l’analyse statistique des données d’OSL semblent biaisés et donnent lieu à des âges sous-estimés (Guérin et al., 2015a, 2015b). D’autre part, du fait des incertitudes (systématiques) de calibration des instruments, la précision optimale que l’on peut atteindre aujourd’hui en datation par luminescence est d’environ 5% de l’âge déterminé, ce qui limite fortement l’interprétation des résultats. Ce programme de recherche vise à développer une librairie de codes sous R qui permettront d’appliquer des modèles bayésiens pour l’analyse des données d’OSL. Ces modèles sont soit déjà développés (Combès et al., 2015), soit en fin de développement : des modèles de mélange et d’âge minimal (Christophe et al., en préparation) ; un modèle de traitement des contraintes stratigraphiques permettant la prise en compte des erreurs systématiques (Combès et Philippe, soumis) ; et enfin, un modèle dit de dose moyenne permettant de corriger le biais des modèles actuels (Guérin et al., en préparation). Ces codes, développés dans une librairie R libre d’accès, permettront aux programmes des équipes du Labex des avancées considérables en termes de résolution chronologique des datations. Par ailleurs, leur diffusion offrira au Labex une forte visibilité internationale dans la communauté de datation.

Figure dans les rubriques
AXE 1 - PEUPLEMENTS ET TERRITOIRES


HAUT