Français English
LabEx Sciences archéologiques de Bordeaux 

JUSTICE ET FOURCHES PATIBULAIRES : lieux d’exécution, d’exposition et d’inhumation des corps des condamnés à mort (Moyen Âge-Époque Moderne)

(également sur l'axe 3)

Porteur du projet : Martine CHARAGEAT (AUSONIUS)

Partenaires

- Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (MSHA)

- UMR PACEA (CNRS-UB-MCC)

- University College London (UCL)

- Université Charles de Prague (Tchéquie)

- Université de Wroc?aw (Pologne)

Financement : 60 025€

Recrutement : un contrat post-doctoral (1 an) : Mathieu Vivas (1er septembre 2015)

Ce projet de recherche interdisciplinaire se propose de repenser et de réévaluer les référents normatifs et institutionnels de ce qu’il est convenu d'appeler “la gouvernance des corps” pour les périodes médiévale et moderne, à travers l’analyse des équipements liés à la peine de mort. Ces derniers, fourches patibulaires ou gibets, sont encore les parents pauvres de l’archéologie et de l’historiographie du crime et de la justice en France.

En effet, la manipulation, le contrôle et/ou la contrainte exercés en justice sur le corps des criminels constituent, dans l’histoire des États européens, un enjeu de pouvoir sur le plan normatif, législatif et exécutif. Qu’ils soient vivants ou morts, ces corps (exposés, torturés, suppliciés, marqués et rituellement déplacés selon des parcours précis dans la ville et hors les murs) marquent les esprits et participent de la construction de la mémoire judiciaire des citoyens qui sont aussi des justiciables en devenir. Les fourches patibulaires et gibets, en tant que lieux d’exécution mais aussi d’inhumation des condamnés, sont au coeur de cette enquête.

Figure dans les rubriques
AXE THÉMATIQUE 1 - PEUPLEMENTS ET TERRITOIRES

Accès direct

HAUT