LabEx Sciences archéologiques de Bordeaux 

Accès direct

DYNAMIQUE FLUVIALE, RISQUE ET OCCUPATION HUMAINE DANS LA PLAINE FLUVIO-ESTUARIENNE DE LA GARONNE

Anne Colin, Florence Verdin (Ausonius, CNRS, UB3)

Partenaires principaux :
Laboratoire de Géographie Physique de Meudon (LGP - UMR 8591)
LIENSs UMR 7266), La Rochelle

Financement : 23 100 €

Durée : 2,5 ans (1er septembre 2012 – 31 décembre 2014)

Ce projet s’insère dans l’axe I.1 du LabEx (Adaptations, appropriations des espaces et interactions Homme/milieu) et abonde les thématiques relatives aux interactions Hommes/milieux fluviaux sur lesquelles nous travaillons depuis 2010, dans le cadre du programme région « Peuples de l’estuaire et du littoral médocain aux époques protohistorique et antique ». Celui-ci permet déjà de préciser la cartographie archéologique et hydrographique (paléochenaux) de sites témoins aux époques concernées (auxquelles s'ajoute le Moyen Age). Pour autant, alors que la plaine fluvio-estuarienne de la Garonne/Gironde, qui résulte de la rencontre entre le fleuve et l’Atlantique, la voue "génétiquement" aux crues et aux défluviations, le poids que les risques hydrologiques ont fait peser sur leurs habitants reste encore à déterminer. Or, il s'agit d'une étape essentielle pour comprendre les dynamiques de l'occupation du sol par les populations riveraines, particulièrement pour ces époques où les sociétés que nous étudions présentent généralement une forte réactivité aux changements du milieu naturel.

Appréhender correctement ce risque fluvial nécessite de bien connaître les conditions de débordement/défluviation des paléochenaux de la Garonne. Contrairement à d'autres grands bassins versants (Rhône, Loire, Seine, Rhin) qui ont fait l’objet de plusieurs études, celui de la Garonne reste mal connu. Pour évaluer la variabilité spatio-temporelle des aléas hydrologiques depuis 4000 ans et, en particulier, renseigner l’état des chenaux contemporains des phases d’occupation, il faut donc reconstituer la géographie de la plaine alluviale et la stratigraphie complète du remblaiement des paléochenaux des sites archéologiques témoins. Un programme de carottages sédimentaires profonds, couplé aux prospections géophysiques, contribuera à faire la part respective de la variabilité hydroclimatique, des fluctuations eustatiques et des aménagements humains dans les grands cycles de fonctionnement du milieu naturel.

Figure dans les rubriques
Axe thématique 1 - Peuplements et territoires


HAUT