Université de Bordeaux
LabEx LaScArBxCluster of Excellence
Cluster of excellence

RUS AFRICA. Réglementation impériale et intensification agraire en Afrique romaine

Porteur de projet : Jerôme FRANCE (AUSONIUS)

Partenaires :

Institut national du Patrimoine, Tunis

Financement : 56025 € - Co-financement de l’IUF (Institut Universitaire de France)

Recrutement : 1 contrat post-doctoral (1 an) : Hernan Gonzalès (1er septembre 2015)

Les études récentes sur l’exploitation des campagnes du monde romain ont relancé et renouvelé le débat sur la démographie et le développement économique. Délaissant le schéma néo-­?malthusien  selon lequel l’accroissement   démographique  aurait  été  bloqué  par  l’immobilisme  et  l’archaïsme  de  l’agriculture, plusieurs programmes archéologiques ont mis en évidence le rôle des conditions sociales et économiques dans la mise en valeur et l’intensification économique des campagnes et montré l’existence d’évolutions différenciées  dans des territoires  régionaux. Dans ce contexte, le projet RUS AFRICA vise à faire la part dans   ces   processus   des  initiatives   politiques   (au  sens   large),   en  prenant   pour   objet   d’étude   la réglementation  impériale. 

Pour  cela,  on reviendra  sur  le dossier  des  « lois » connues  par  l’épigraphie africaine  à  travers  l'édition  d'une  grande  inscription  découverte  en  1999  à  Lella  Drebblia,  dans  les environs de Dougga (Tunisie). qui donne les éléments d’un dossier administratif complexe concernant la mise en valeur les terres incultes en Afrique. Cette importante inscription avait fait l'objet d'une courte notice dès 2000 dans un catalogue d’exposition (cf. AE, 2001, 2083) mais des erreurs de lecture et une transcription  très  incomplète  justifient  de  reprendre  ce  dossier  pour  réaliser  une  véritable  édition scientifique  du  texte.  Sur  cette  base,  le  projet  se  propose  aussi  de  poser  les  premiers  jalons  d'une réflexion  plus  générale  sur  le  rôle  de  la  décision  publique  (et  aussi  privée  dans  le  cadre  des  grands domaines) dans l’économie  agraire du monde romain, réflexion qui pourrait déboucher ultérieurement sur un programme plus large. D’autre part, le projet nécessitera l’application à l’inscription d’un protocole de  lecture  photogrammétrique  qui  sera  l’occasion  d’installer  plus  solidement  le  recours  à  ces  techniques appliquées à l’épigraphie dans le laboratoire. 

 

 

Figure dans les rubriques
AXE THÉMATIQUE 1 - PEUPLEMENTS ET TERRITOIRES


HAUT