Français English
LabEx Sciences archéologiques de Bordeaux 

Séminaire Ausonius : Voyage, rencontres et rejet de l'autre aux âges des Métaux II, 9 décembre 2015

le 09 décembre 2015 de 09h à 17hSéminaire Ausonius : Voyage, rencontres et rejet de l'autre aux âges des Métaux II, 9 décembre 2015

Voyage, rencontres et rejet de l’autre aux âges des Métaux II. 

Séminaire commun de Protohistoire Ausonius (UBM)/Traces (UT2J),  

Organisé par A. Gorgues et P.-Y. Milcent


Lieu : s
alle des séminaires n°2, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine


Télécharger le programme 


Les récentes avancées de la recherche, notamment celles basées sur la paléo-génétique et les analyses isotopiques, ont bousculé les idées des protohistoriens concernant la mobilité des personnes à l’âge du Bronze et à l’âge du Fer. La plus grande attention portée à la typologie des objets avaient bien sur dès les années 1980 révélé l’ampleur des réseaux d’échanges transrégionaux, et les travaux de synthèse à l’échelle continentale, ceux de K. Kristiansen par exemple, laissaient supposer dès les années 1990 que l’information circulait de façon relativement fluide d’un bout à l’autre du continent. Mais la nouvelle possibilité qui nous est donnée de tracer le parcours d’un individu à partir de certains marqueurs biologiques a montré par exemple qu’un homme pouvait à l’âge du Bronze Final naître en Espagne et mourir dans les Iles Britanniques. Le voyage individuel (par opposition à la migration et à l’expédition guerrière), parfois sans retour, est donc une réalité prégnante de la Protohistoire, que nous pouvons aujourd’hui beaucoup mieux cerner. 

La rencontre a priori pacifique entre individus ressortissant d’horizons culturels différents n’était donc pas exceptionnelle dans ce contexte. Le but de ce séminaire est de comprendre quels pouvaient être les acteurs de cette rencontre, mais aussi de s’interroger sur le cadre dans lequel ils étaient amenés à interagir. Pratique d’une hospitalité mutuelle typiquement élitaire ou choix s’offrant à un vaste nombre d’individus : entre ces deux extrêmes, la diversité des possibilités est grande, et il convient de s’interroger sur la place que joue le rapport à l’autre, à l’étranger, dans une communauté protohistorique. 

Cette rencontre paraît d’ailleurs avoir posé des problèmes d’une brûlante actualité : dans certains contextes, comme à Broxmouth (East Lothian, GB), les individus extérieurs à la communauté ont reçu un traitement funéraire différentiel que l’on serait tenté de qualifier d’exclusif. Dans d’autres cas, les « étrangers » sont surreprésentés parmi les personnes décédées de mort brutale. Autrement dit, l’exclusion des étrangers est une réalité, et elle pouvait aller jusqu’à l’extermination. Cette réalité appelle à son tour un certain nombre de questions. Ces comportements étaient-ils structurels, ou conjoncturels ? Etaient-ils suscités par des crises (politiques, économiques…) ? Quelle est la part du symbolique dans ce cadre ? 

Cette journée d’étude, qui s’appuie sur les résultats d’une première rencontre l’année dernière, visera à envisager, au travers d’interventions aux thématiques diversifiées, quelques-uns des problèmes évoqués ici.


Partager sur   

Accès direct

HAUT